Overwatch, ce que l'on retient de la PAX East

Le week-end dernier, Blizzard dévoilait la dernière mouture en date d'Overwatch dans le cadre de la PAX East, présentait deux nouveaux héros et une carte inédite et répondait aux questions des joueurs. Compte-rendu de ce que l'on retient de l'événement.

Ce week-end, développeurs de jeux et communautés de joueurs se donnaient rendez-vous à Boston à l'occasion de la PAX East. Blizzard était du lot comme presque chaque année et le développeur en profitait surtout pour dévoiler la dernière mouture en date d'Overwatch, son shooter multijoueur annoncé en novembre dernier lors de la BlizzCon, et qui doit donner le coup d'envoi de sa bêta au cours de l'automne prochain.
À l'occasion du salon communautaire, on l'a noté, Blizzard dévoilait deux nouveaux héros jouables (Jesse McCree et Alexandra Zaryanova) venant s'ajouter à la douzaine déjà dévoilée, esquissait une nouvelle carte où s'affronter et répondait surtout aux questions des joueurs.

Nouveau héros jouable : Jesse McCree

Overwatch, ce que l'on retient de la PAX East

Déjà entraperçu sur les dessins conceptuels de présentation du jeu, Jesse McCree s'impose comme un mercenaire aux allures de cow-boy. Originaire du sud-ouest américain, il appartenait à un gang de trafiquants d'armes démantelé par Overwatch, avant de mettre ses talents de pistolero aux services la division secrète Blackwatch... McCree est donc soucieux d'administrer la Justice (parfois de façon expéditive), notamment grâce à son six-coups, le Pacificateur.

Sans surprise, McCree est un damage dealer susceptible d'infliger de lourds dégâts, tout en restant à bonne distance de ses adversaires. Selon Blizzard, tout l'enjeu du personnage tient à sa capacité recharger son arme : les joueurs maîtrisant le mieux ses capacités pourront donc enchainer les assauts tout en rechargeant et en esquivant l'adversaire (il peut tirer un coup d'un clic gauche ou en rafale d'un clic droit, peut enchainer des roulades rapides tout en rechargeant -- avec la touche [maj] -- et peut étourdir l'adversaire grâce à une grenade).
Sa compétence ultime est particulièrement dévastatrice puisqu'elle permet de cibler jusqu'à six adversaires à l'écran (autant qu'il a de balles dans son barillet), pour peu qu'il prenne le temps de canaliser son attaque et de viser -- au risque que ce délai lui soit fatal d'autant que sa « concentration » est signalée aux autres joueurs alentour par un signal sonore qui devrait attirer leur attention (ses alliés devront donc le protéger durant cette période de vulnérabilité).

Nouvelle héroïne jouable : Alexandra Zaryanova

Zarya

Alexandra Zaryanova, dite Zarya, est originaire de Sibérie et membre des forces de défense russes. Athlète accomplie dotée d'une force physique hors du commun, elle est surtout animée par la volonté de défendre les siens.
Elle se classe logiquement parmi les tanks, arbore un imposant canon à particule (« arraché à un engin militaire », d'après Chris Metzen) et se veut un symbole héroïque pour ses compagnons d'armes (et sans doute aussi pour Blizzard, dont on se souvient qu'il était accusé de sexisme en dévoilant ses personnages féminins en tenue moulante).

Sur le champ de bataille, il faudra surtout concilier les actions offensives et défensives de Zarya : son canon à particules inflige des dégâts à moyenne portée (clic gauche) alors qu'elle peut expédier des grenades à plus grande distance (clic droit). Elle peut surtout générer un bouclier de particules personnel (touche [maj]) ou destiné à l'un de ses alliés (touche [E], mais pas plus d'un bouclier à la fois). Et tous les dégâts absorbés par le bouclier renforcent les dégâts infligés par le canon de particules. Zarya s'adresse donc aux joueurs particulièrement coordonnés, capables à la fois d'utiliser les défaillances des alliés pour se montrer encore plus dévastateurs contre l'adversaire.
La compétence ultime de Zarya s'avère en outre particulièrement utile en groupe : elle peut fixer des mines sur un mur ou un véhicule qui piègent ses adversaires et les immobilisent tout en leur infligeant des dégâts. On imagine aisément les synergies entre Zarya (qui immobilise l'adversaire) et McCree (qui a besoin de temps pour canaliser son tir ultime, par exemple).

Nouvelle carte : Watchpoint Gibraltar

Gibraltar

Érigée sur le Rocher de Gibraltar, la carte plonge les joueurs dans une ancienne base secrète d'Overwatch, composée de nombreuses structures sur plusieurs niveaux, accueillant des infrastructures de télécommunication. Le gameplay de la carte (de type Payload) exploite pleinement sa trame narrative.
Les joueurs y trouveront notamment des sortes de navettes (présentées comme des drones) qu'il faudra tantôt escorter (pour l'une des équipes) tout en passant par trois points de contrôle successifs, tantôt essayer bloquer voire détruire (pour l'équipe adverse), le tout en temps très limité (mais chaque drone apporté à bon port octroie du temps supplémentaire).

Selon Blizzard, la carte a été volontairement conçue sur un axe très vertical, de sorte que les joueurs puissent tantôt s'appuyer sur la grande mobilité de certains héros (des capacités de déplacements importantes via des sauts, des jetpacks, des téléportations), tantôt sur les attaques à grandes distances des autres héros (qui pourront organiser des embuscades sur le trajet des drones). Toujours selon le développeur, l'enjeu de la victoire dépend essentiellement de la capacité de chaque équipe à se coordonner et surtout ne pas se laisser distraire (à trop engager de duels et à oublier les drones, les joueurs pourraient se trouver piégés par le temps).

Gibraltar
Gibraltar

Questions / réponses avec les développeurs

Les équipes de développement se sont attachées à apporter quelques réponses aux questions les plus fréquentes des joueurs. On en retient quelques précisions.

Sur un plan technique : Overwatch repose sur un moteur conçu en interne par Blizzard (qui n'a pas encore de nom). Il permet de gérer un champ de vision (FOV) relativement large, mais fixe (on l'évoquait). Outre la volonté de proposer le même affichage à tous les joueurs, ce choix permettrait de réduire le sentiment de nausée que procure parfois ce type de jeux très rapides et à la première personne.
Pour l'instant, il n'est pas possible de masquer les mains ou les armes des personnages. Mais s'il s'avère que les armes imposantes de certains personnages (comme le canon à particules de Zarya) sont un handicap, une option pourrait être ajoutée.
Les serveurs seront par ailleurs tous hébergés par Blizzard (pas d'hébergement de serveurs par les joueurs). Le développeur ne redoute pas les problématique de lag et fait valoir son expérience en matière de gestion de jeux en ligne accueillant de très nombreux joueurs depuis des années.

Une campagne narrative ? Un mode solo ? L'immersion du joueur dans un récit (imaginé par Chris Metzen) est importante notamment pour que le joueur ait le sentiment d'incarner un vrai héros avec une histoire, mais Overwatch n'intègre pas de campagne solo, ni n'a l'ambition de raconter une histoire linéaire dans le jeu. Le contexte se dévoile progressivement en jouant et en explorant les maps et des produits dérivés sont d'ores et déjà envisagés (des romans, par exemple) pour enrichir la trame narrative hors du jeu.
Overwatch est donc un jeu multijoueur et pour l'instant exclusivement PvP (6v6). À ce stade, il n'y a pas d'IA susceptible d'affronter les joueurs, mais les équipes de Blizzard ont conscience de l'intérêt de tels mécanismes, notamment pour les nouveaux joueurs (pour proposer un tutoriel notamment). Un tel mode pourrait donc être développé à l'avenir.

Un mode "Capture de drapeau" ? Ce n'est pas prévu pour l'instant. De très nombreux personnages sont des capacités de mouvements et déplacements très étoffés (notamment des capacités de téléportation), rendant complexe la réalisation d'un mode "Capture de drapeau" à la fois jouable et intéressant. Blizzard préfère donc se focaliser sur des modes de jeux qui répondent mieux aux gameplay des héros.

Quid du système de progression ? Pour l'instant, rien n'est prévu en ce sens mais l'équipe de développement indique avoir conscience de l'importance et de l'intérêt de systèmes de progression (des niveaux, des missions, des hauts faits) pour fidéliser les joueurs. De même, des mécaniques sociales (des guildes notamment) sont prévues également pour impliquer durablement les joueurs dans la communauté du jeu.

Quel modèle économique ? La question est régulièrement soulevée et pour l'instant toujours éludée par le développeur. Le modèle économique sera dévoilé ultérieurement.

Overwatch, un jeu destiné à l'eSport ? Sans surprise, c'est la volonté de Blizzard. Les initiatives en faveur du sport électronique seront soutenues par le développeur.

Réactions (31)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Overwatch ?

25 aiment, 14 pas.
Note moyenne : (41 évaluations | 0 critique)
6,2 / 10 - Assez bien

59 joliens y jouent, 65 y ont joué.