Les joueurs d'Overwatch notifiés des sanctions infligées suite à leurs signalements

La lutte contre les comportements toxiques est une priorité pour nombre d'exploitants et pour démontrer son activité en la matière, les joueurs ayant signalé ces comportements seront informés des sanctions qui en découlent.

Dans tous les jeux en ligne ou presque, la lutte contre les comportements « toxiques » (les comportements déplacés in-game, les insultes, propos racistes, sexistes ou homophobes, entre autres) est présentée comme une priorité et tous les exploitants de jeux en ligne ou presque multiplient les mesures visant à rendre les univers virtuels plus conviviaux.
Dans le lot, on trouve notamment un arsenal répressif qui vise autant à éloigner les joueurs problématiques (avec des suspensions et bannissements) qu'à produire un effet dissuasif (on évite de contrevenir aux règles en vigueur par peur de la sanction). Mais les mesures de luttes contre les comportements toxiques, et leur publicité, s'adressent aussi à la majorité des joueurs qui se comportent bien : les éditeurs entendent aussi démontrer qu'ils se saisissent de ces questions, se soucient du bien-être des joueurs legit (leurs principaux clients) et se montrent actifs en la matière. Il n'est donc pas rare que les exploitants communiquent parfois très activement sur ces sujets pour préciser les mesures prises ou annoncer le nombre de joueurs suspendus.
Avec le déploiement du patch 1.18 d'Overwatch (qui lance accessoirement les animations de Noël dans le shooter), Blizzard franchit un nouveau pas en automatisant et systématisant cette communication.

mercy1.jpg

Avec la mise à jour, le « système de signalement des joueurs » se dote de nouvelles fonctionnalités. D'abord, les joueurs « signalés » (ayant donc fait l'objet d'un ou plusieurs signalements par d'autres joueurs) sont prévenus et reçoivent un avertissement : une approche manifestement pédagogique, donc, qui pourrait permettre au joueur problématique de prendre conscience que son comportement peut être nuisible dans le jeu et éventuellement y remédier -- et si ce comportement perdure néanmoins, le joueur encourt des pénalités (silence, suspension ou bannissement).
Mais ensuite, le joueur à l'origine du signalement sera également « prévenu par un message en jeu si [le joueur ciblé] reçoit une sanction ». On comprend l'objectif du développeur : donner le sentiment que les signalements ne restent pas lettre morte (comme c'est souvent reproché par les joueurs utilisant les outils de signalement) et peuvent avoir des conséquences concrètes. Mais le procédé peut néanmoins soulever aussi quelques interrogations, notamment quand le signalement tend à se muer en délation pour la seule satisfaction de voir un autre joueur sanctionné...
Chacun se fera son avis, mais l'objectif est répété par Jeff Kaplan : même si le directeur de jeu ne croit pas que les comportements toxiques pourront être totalement éradiqués un jour, il rappelle que la lutte contre les pratiques déplacées est la « priorité absolue » de Blizzard et que le studio continuera à travailler sans relâche sur le sujet -- et notamment en continuant à affiner le fonctionnement du système de signalement. On sera sans doute curieux d'en évaluer les effets, dans la durée, sur le comportement des joueurs.

Réactions (61)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Overwatch ?

39 aiment, 19 pas.
Note moyenne : (61 évaluations | 0 critique)
6,4 / 10 - Assez bien

81 joliens y jouent, 94 y ont joué.